Créations

DECO

luminaire

BIJOU

SCULPTURE

Un peu de technique

technique du Raku

La technique du raku est un procédé de cuisson. Les pièces incandescentes subissent un choc thermique important  qui favorise le craquèlement de l’émail, Ces craquelures expriment  l’histoire de la terre, du feu et de l’eau.

Cette technique de fabrication en cuisson rapide, renvoyant à des notions de joie, d’aisance et de bonheur, fut découverte en Corée puis développée au Japon dans le milieu du XVIe siècle.

 Le mot raku vient d’un idéogramme gravé sur un sceau d’or offert en 1598 par Taiko, maître servant de la cérémonie du thé, à Chôjirô RAKU coréen.

L’aspect craquelé et fissuré des pièces est dû aux chocs thermiques que provoque cette technique. Ce n’est en aucun cas une mal façon, mais bien un gage de caractère.

technique Terre sigillée

sphère sigillée

La technique de la terre sigillée remonte à l’époque gréco-romaine.

Les grecs employaient des terres sigillées avec des degrés de finesse différents qui étaient plus ou moins sensibles aux fumées.        
Le noir était une terre sensible à la fumée qui noircissait lors de l’enfumage et le rouge une terre qui vitrifiait donc était imperméable à l’enfumage.     
Ils utilisaient cette technique sur les faïences haut de gamme. Le tesson était recouvert d’une couche d’argile constituée de particules extrêmement fines. Même à des températures relativement basses ce revêtement grèse et devient étanche, la dureté de la surface est également renforcée. La température de cuisson de la sigillée est identique aux faïences, vers 1000°C avec un temps de maintien.

La sigillée est une association de techniques complexes. Il est possible de varier la provenance de la terre.

Pour donner tout le relief à mes créations les pièces incandescentes sont enfumées dans des récipients contenant des copeaux de bois ou différents végétaux .

Tama Zukuri

boite terra sigillée tamazukuri

Tama zukuri technique de céramique japonaise

 

Tama Zukuri est une technique de façonnage qui consiste à créer d’abord la forme extérieure de l’objet.

Le bloc d’argile plein est déformé, taillé, vrillé et sculpté pour être ensuite creusé longuement et avec patience pour en affiner les parois. C’est un travail très long (plusieurs heures) au cours duquel le contrôle du séchage est essentiel.

Les boites et vases requièrent beaucoup de minutie, car des assemblages sont indispensables, ainsi que des reprises de surface. On cherche à obtenir une paroi fine et régulière, qui est enfin légèrement poncée à l’intérieur des bols.

La technique du «Tama zukuri » (creusé la terre lorsqu’elle atteint la bonne consistance, sur plusieurs heures, voire plusieurs jours…) permet de lui donner une âme avec en mémoire l’idée véhiculé que la beauté est imperfection.

J’ai eu le grand plaisir de découvrir cette technique grâce au céramiste et maitre de cérémonie du thé Rizu Takahashi